Le site perso de Thomas Bigot

Informatique

Photos

Divers

[ Retour aux Projets ]

Bépo

Voilà depuis la fin de l'année 2006 que je tape avec cette disposition de clavier.

Pourquoi ne pas utiliser l'azerty

Depuis mon plus jeune âge, je tape sur un clavier d'ordinateur en azerty. En largement plus d'une décennie, j'ai appris à connaître cette disposition de touches et à taper rapidement, mais à deux doigts. Ce n'est pas confortable, bruyant, peu rentable car on peut toujours atteindre une vitesse de frappe supérieure à dix doigts, même pour quelqu'un qui tape très vite avec deux. Et surtout, ce n'est pas ergonomique (voir troubles musculo-squelettique, syndrome du canal carpien).

J'avais donc comme ambition d'apprendre à taper avec tous les doigts de la main, en aveugle. Mais j'ai rapidement lu des critiques sur la disposition azerty. Il a été conçu à la base pour ralentir la frappe des dactylos, à l'époque des premières machines à écrire, cela pour éviter que les tiges s'emmêlent. On a donc créé le qwerty (et son pendant français l'azerty), qui éloignait les lettres les plus couramment utilisées à la suite pour le plus grand inconfort de tous. Il fallait donc trouver un remplaçant.

Dvorak

En 1936, Auguste Dvorak (pas de lien de parenté avec le musicien) invente le clavier Dvorak qui a la démarche inverse du qwerty et de ses cousins régionalisés comme par exemple : rapprocher les lettres formant des digrammes dans la langue cible, mettre les lettres les plus utilisées sur la rangée du milieu. Voir la présentation sur le wiki bepo.

Depuis plusieurs années, cette disposition est adaptée sur ordinateur, sous différents systèmes d'exploitation. Je suis personnellement la liste de discussion du groupe de travail en charge de l'adaptation à la langue française. Ce clavier a d'abord été nommé dvorak-fr, puis, pour se démarquer d'un projet antérieur et parallèle (Dvorak-fr de Francis Leboutte), il a été nommé bépo en référence aux quatre premières lettres de la premiere rangée du clavier.

Voici la version actuelle de la carte du clavier :

 ┌────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────╔════════╗
 │ #  │ 1 ¹│ 2 ²│ 3 ³│ 4 “│ 5 ”│6   ║ 7 °│ 8 ´│ 9 ˝│ 0  │ ^  │ µ  ║        ║
 │ @  │ " —│ « <│ » >│ ( [│ ) ]│ _ …║ + ±│ - −│ / ÷│ * ×│ = ¬│ % ‰║ <--    ║
 ╔═══════╗─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─╚══╦═════╣
 ║  |<-  ║ B ¦│ É ´│ P ¶│ O Œ│ È `║ Ç  │ V  │ D Ð│ L  │ F  │ Z  │ W ˉ║   | ║
 ║  ->|  ║ b |│ é &│ p §│ o œ│ è `║ ç ¸│ v ˇ│ d ð│ l £│ f ª│ z  │ w ˘║ <-' ║
 ╠═══════╩╗───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╗    ║
 ║        ║ A Æ│ U Ù│ I ˙│ E  │ ? ¿║ C ¢│ T Þ│ S  │ N Ñ│ R  │ M  │ ! ¡║    ║
 ║  CAPS  ║ a æ│ u ù│ i ¨│ e €│ ,  ║ c ©│ t þ│ s ß│ n ñ│ r ®│ m º│ ˆ  ║    ║
 ╠══════╦═╝──┬─┴──┬─┴──┬─┴─══─┴──┬─┴──┬─┴─══─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╔══════╩════╣
 ║   ^  ║ Ê  │ À ˜│ Y ¥│ H  │ : ·│ K  ║ ;  │ Q Ø│ G  │ X  │ J ‡║     ^     ║
 ║   |  ║ ê /│ à ~│ y \│ h {│ . }│ k $║ '  │ q ø│ g ˚│ x  │ j †║     |     ║
 ╠══════╩╦══════╦═════╦═══════════════════════╦═══════╦══════╦═╩════╦══════╣
 ║       ║      ║     ║ NBSPACE  FINE-NBSPACE ║       ║      ║      ║      ║
 ║ Ctrl  ║ WinG ║ Alt ║ SPACE                 ║ AltGr ║ WinD ║ WinM ║ Ctrl ║
 ╚═══════╩══════╩═════╩═══════════════════════╩═══════╩══════╩══════╩══════╝

Mon expérience

J'utilise un clavier dont les lettres sont marquées en azerty. Il est contre productif de vouloir un clavier étiqueté en Dvorak lors de l'apprentissage : il vaut mieux ne pas regarder les touches quand on apprend à taper en aveugle. J'ai par contre changé, au niveau du système, la disposition des touches (paramètres xkb sous X - systèmes unix), en ayant sous les yeux la représentation de la disposition imprimé sur une feuille.

Les débuts sont très pénibles. On se sent impuissant à transcrire nos idées sur l'ordinateur. C'était très déstabilisant pour moi qui n'ai même aucun souvenir d'avoir déjà été gêné sur un clavier ;-). On s'y fait petit à petit avec des poussées subites qui permettent de taper tout à coup de façon fluide, puis des régressions incompréhensibles où on essaye toutes les lettres du clavier avant de trouver la bonne... Donc je conseille une persévérance à toute épreuve à tous ceux qui souhaiteraient s'y frotter, le résultat est très agréable. La fluidité est bien augmentée (mais je pense que c'est essentiellement du à la frappe à dix doigts en aveugle), et surtout, les doigts bougent très peu, les touches sont directement accessibles. Les personnes qui me voient taper sont toujours impressionées par le peu de contorsions que doit faire la main.